• ~~Ah mes dents de sagesse !! ~~

    Bonjour, Bonjour, 

     

    Petit article aujourd'hui sur les dents de sagesse. Bon je sais il y a bien plus glamour comme sujet de conversation mais j'ai souhaité partager mon expérience parce que j'ai été harcelée ( oui oui c'est le mot) de question au sujet de mon opération. 

    A croire que c'était un truc mystique !

    Et bien que nenni !

    En fait, je me suis tout simplement fait enlever 4 dents de sagesse sous anesthésie générale. En soit, rien de bien extraordinaire sauf qu'à la base, on devait m'en enlever 5 (oui oui tu as bien lu : cinq dents ) et que généralement les gens passent par leur dentiste habituel avec une simple anesthésie locale. 

    Sauf que moi, mes dents ne poussaient pas bien, pas normalement et qu'il fallait vraiment "creuser" pour les enlever. Du coup cela obligeait d'aller chez un stomatologue, de faire plusieurs séances, et du fait de mon insularité, c'était tout bonnement impossible. 

    Mais ce n'est pas l'unique raison. Je suis stomatophobe. C'est à dire que j'ai une phobie du dentiste. Alors je sais bien que personne n'aime vraiment les dentistes mais en ce qui me concerne c'est très particulier. Il est impossible de me soigner. Je me braque, saute du fauteuil, j'ai des palpitations, j'ai réellement peur comme certains ont peur des souris ou des araignées ( j'ai aussi peur des araignées d'ailleurs, mais c'est un autre sujet). Ma mère m'accompagne à chaque séance,me tient la main, me rassure et j'ai la chance d'avoir un dentiste trèèèèèèèèèèèèèèèès patient. Du coup quand il a fait ma radio panoramique suite à mes douleurs dentaires, j'ai vu son visage se décomposer. Le pauvre, il à dû se dire " comment vais-je annoncer la nouvelle à ma patiente névrosée ?". Non bon allez j'exagère un peu, il m'a tout de suite rassurée. Il me conseille de prendre rendez-vous avec un stomatologue habitué des patients anxieux et pratiquant des extractions sous anesthésie générale. 

     

    Le rendez-vous avec le stomatologue s'est a peu près bien déroulé. Il a tout de suite vu que j'étais hyper anxieuse et n'a pas trop réussi à calmer mon angoisse car il m'a dit " bon, il y a 5 dents à enlever, dont une qui est bien loin dans la gencive, mais pas de soucis pour l’anesthésie générale vu votre état de stress". Ouf !

    Un autre rendez-vous avec le médecin anesthésiste et hop j'ai la date de mon opération : le 3 Octobre. Je serai opérée le matin et ça durera environ une heure. Il faut savoir que lorsqu'on habite sur une île, il est obligatoire de rester sur le continent après une opération. Soit chez de la famille ou chez des amis, soit à l'hôpital. Interdit de rentrer sur le caillou. Pour ma part, j'ai la chance d'avoir une topine qui a un appartement près de la clinique, donc pas de soucis !

    Je prend donc le bateau à 6h30 ( aoutch ça pique) le vendredi 3 Octobre ( à jeun bien sûr ô joie !). 

    L'arrivée à la clinique se fait tranquillement, je suis hyper bien accueillie et partage une chambre avec une autre patiente venue se faire opéré en dermato. Pas trop de stress, je m'occupe en étant sur facebook et instagram et je suis touchée par tout les sms et messages d'encouragements que je reçois ( big up les mecs !). Et là, l'infirmière vous met en tenue ( so sexy) et c'est parti. Je partage même la photo sur instagram :

    ~~Ah mes dents de sagesse ~~

     

    GO au bloc : 

    Et puis un gentil brancardier tout mignon vient me chercher, direction le bloc " ah bon vous êtes sûr ? ". Pas le choix, quand il faut y aller, faut y aller. 

    On m'installe dans une grande pièce où la température est plutôt fraîche avec d'autres patients en attente eux aussi de passer au bloc. Une télévision diffuse des clips, ce qui attire mon attention car je ne regarde jamais les clips à la télé ( et la télé d'une manière générale mais là aussi je m'égare c'est un autre débat). 

    Nadine l'infirmière anesthésiste vient " me piquer" pour installer la perfusion. On rigole au sujet des garçons qui selon elle, sont bien plus douillets au moment de la piqûre que les femmes. On m'installe au bloc. La vue du lit au milieu de la pièce commence à m'angoisser. Il fait super froid. J'ai une pensée pour les femmes qui accouchent par césarienne et qui sont prévenue de l'opération au dernier moment. C'est angoissant, froid,impersonnel et l'on se sent complètement désarmé. Je m'installe sur le lit et le stomatologue arrive et regarde ma radio. " Ne vous inquiétez pas, ça va aller". Bon si vous le dîtes. 
    Je me tourne vers Nadine " dîtes, vous pourrez décompter avec moi au moment où vous m'endormez ?" 

    Ça  peut paraître puéril, mais j'avais peur de cette phase d'endormissement.

    Nadine me dit tout doucement de bien respirer et fermer les yeux. " Pensez à quelque chose d'agréable, un endroit où vous aimeriez être, un endroit qui vous plaît, que vous connaissez". Ma première pensée va pour Grand Village. Vous savez, j'avais fait un article à ce sujet. 

    Et hop, je m'endors. 

    Le réveil : 

     

    "VOUS ETES EN SALLE DE RÉVEIL MADEMOISELLE TOUT VA BIEN". Ces mots, criés à mon oreille sont ceux de l'infirmier. Sur le moment je suis très énervée de cette façon de "réveiller" les patients. Mais j'ai constaté plus tard que ce "bizutage" était réservé en fait à TOUT les patients en salle de réveil. Histoire de ne pas se sentir perdu, de savoir tout de suite où l'on se trouve. 

    Le réveil est dur, douloureux. Ma bouche est engourdie, j'ai l'impression de sortir d'un combat de box. Je me sens lourde, je pèse une tonne. Mes pieds bougent ( allez savoir pourquoi c'était mon premier reflex de tortiller mes orteils dans tout les sens ). 

    Une fois mon ballet de doigts de pieds terminés, j'essaye d'avaler ma salive et d'ouvrir la bouche. Aie, c'est gonflé à l'intérieur, c'est sensible. Les comissûres de mes lèvres sont douloureuses aussi. Je touche et constate une grosse irritation. J'apprendrais plus tard que c'est l'énorme machin qui maintient la bouche ouverte pendant 1 heure qui a tiraillé ma peau ainsi. 

    Un homme ronfle à côté de moi, un petit garçon est intubé à ma droite. "Qu'on lui apporte son doudou pour le réveil" demande un infirmier. J'apprécie cette délicatesse pour le bout de chou. 

    Le retour : 

    Retour dans ma chambre. J'ai mal et je suis épuisée. Je me dis qu'à 25 ans c'est triste de ne pas être plus en forme. Ma collègue de chambrée me fait un sourire à mon arrivée, c'est encourageant. 

    L'infirmière me prévient qu'on m'apportera une collation dans pas longtemps. Qu'il ne faut pas que je me lève et que je garde la tête surélevée.

    Je me sens mal vraiment. Mais je me dis qu'au moins le plus dur est passé. Mais quelle ignorante je fais. Le plus dur c'est après. J'envoi des sms à mes proches pour leur dire que tout va bien mais que ce soir je rentre sur mon île. Peu importe le protocole, j'ai qu'une envie, rentrer sur mon caillou, retrouver mon lit.

    On m'apporte une collation. Que du froid. Quel bonheur ! Une petite glace, un coca, une compote et un yahourt, je déguste. Les pains de glace autour de mes joues me font du bien. Je sombre dans le sommeil et récupère ainsi de cette matinée éprouvante.

    Mon stomato vient me voir. Il m'explique que tout s'est bien passé mais qu'il a enlevé que cinq dents. La cinquième était trop loin et le risque aurait été de la pousser vers mes sinus ce qui aurait été catastrophique. Il me dit qu'elle est là, mais qu'elle ne sortira jamais. Je la vois comme une amie cette petite dent, comme une alliée, comme la dernière preuve physique de la sagesse. 

     

    Vers 17 h je sors. Oui je promet de rester sur le continent. Oui j’appellerai s'il y à un problème.Je suis heureuse de rentrer chez moi, mais tellement fatiguée. J'ai un lourd traitement mais là encore le stomato à fait les choses bien. Un traitement 5 jours avant l'opération, des anti-inflammatoires en béton etc ... 

    La nuit à été difficile et le réveil l'est encore plus. J'ai vraiment la bouche gonflée, je ressemble à un hamster. Je peux à peine parler. Ma mère m'apporte des pains de glace qui me soulage immédiatement. 

    Mamour apporte le plaisir ultime dans l'après-midi :

     

    ~~Ah mes dents de sagesse  !! ~~

    Il aura fallu tout de même 7 jours entiers pour que je me sente mieux. Au bout de 7 jours j'avais encore un léger hématome sous le menton mais moins de douleurs. Par contre, toujours impossible de manger normalement. Même si je parviens à manger plus solide, je ne peux absolument pas croquer. 

    En conclusion : 

     

    Si vous prévoyez de vous faire arracher les dents de sagesse que se soit en local ou en général, je vous conseille de :

    - Consulter un stomatologue plutôt qu'un dentiste. Ils sont réellement spécialistes de tout ce qui touche à la bouche et sont habilités à gérer la douleur. 

    - De demander un traitement AVANT le jour prévu de l'opération

    - De faire un stock de petits pots pour bébé, glaces, pains de glace, coca, yaourts et compotes. 

    - De prévoir un mixeur si vous voulez agrémenter vos petits pots de jambons ou de viandes car franchement, c'est un peu léger comme repas pour se caler. 

    - D'utiliser de la Biafine pour vos lèvres si elles sont abîmées.

    - De bien vous reposer après l'opération, surtout si c'est sous anesthésie générale car c'est tout de même très éprouvant physiquement.

    - De prévoir, encore une fois si vous vous faîtes opéré sous anesthésie générale des magasines ou de la lecture car la journée à la clinique peut-être longue.

    - De dormir la tête légèrement surélevée

    - D'avoir un mamour qui s'occupe bien de vous ( si si ça existe, profitez-en pour jouer les princesses) et de faire garder si possible vos enfants car c'est tout bonnement impossible de s'en occuper après l'opération.  

     Et vous, vous vous êtes déjà fait opéré ? 

     

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :